Les voisins

Les

Un jeu joyeux et sympathique pour, à un moment donné, trouver un moment à donner.

A emprunter gratuitement au SDJ.

Dans ce jeu, chaque équipe ou joueur avance sur un plateau de jeu.
Chacun ayant au départ des compétences pour venir en aide à quelqu’un durant la partie.
Quand un pion s’arrête sur une case «Oups», son propriétaire rencontre un souci.
A cet instant, deux solutions :
Se rendre à l’endroit sur le plateau de jeu où il pourra être dépanné ou demander de l’aide à un voisin (impérativement un joueur d’une autre équipe).

Si plusieurs voisins proposent de l’aide (en fonction des compétences reçues ou accumulées durant le jeu grâce aux cartes secours), il faudra en choisir une qui semble adéquate et peut vraiment solutionner le problème en fonction des arguments avancés par chacun.

Quelques exemples

  1. Jacques arrive sur une case «Oups», il tire une carte qui lui indique qu’il s’est cassé la jambe et ne peut aller faire ses courses. Immédiatement Anne qui sur sa carte «Secours» possède une bicyclette, lui propose d’y aller. Mais Léna a, elle, sur sa carte «Secours» une voiture et est en congé. Jacques peut choisir… Léna argumente qu’elle ira plus vite et Jacques la choisit. Lors du prochain tour, Jacques pourra donc avancer.
     
  2. Benjamin tire la carte «Oups» lui indiquant qu’il a une montagne de linge à repasser et deux gosses en congé. Léa lui propose son aide, elle est super ménagère et lui repassera son linge. Lucas, lui, a des dons de clown et ira amuser les enfants. Thomas a une voiture et pourrait les emmener en promenade. Chacun donne ses arguments… Benjamin choisit Léa car il préfère s’occuper de ses enfants.
     
  3. Louise a reçu un document de la police qu’elle ne comprend pas. Plusieurs personnes proposent de l’aider, mais son pion est juste à côté du bureau de police. Elle décide donc de se passer d’aide des voisins… c’est son droit.

Ce jeu amusant et faisant appel à des talents (parfois insoupçonnés) d’acteur, pour convaincre, permet surtout par après d’opérer un feed-back des plus intéressant qui vont ouvrir des échanges et nourrir le débat.

  • Quel intérêt peut-on trouver à aider l’autre ?
    Viser le donnant/donnant – se donner bonne conscience – chercher un regard positif de l’autre sur soi – se rendre populaire – sentir qu’on est aimé – se rassurer sur ses compétences –  donner un sens à sa vie en se sentant utile – faire vivre les valeurs qui ont été enseignées par la famille, la       religion, … – avoir un certain contrôle sur l’autre (dépendance) – lutter contre une société mercantile – créer des liens – …)
     
  • Quelles sont les difficultés et les limites à accepter l’aide gratuite des autres ? 
    Faire confiance – des compétences limitées et une perte de temps par rapport à une aide payante – se sentir incapable de faire soi-même – donner l’image d’un profiteur – se sentir redevable – être responsable s’il arrive un pépin – créer des liens non désirés (être envahis) – tuer le système économique – …
     
  • Si on est amené à «aider» l’autre qu’elle est la notion la plus importante et pourquoi ?
     
  • Si l’autre nous aide, la notion la plus importante peut-elle être la même ou être différente et, pourquoi ?
     
  • Si chacun offrait ses services à l’autre en quoi cela pourrait-il être une façon d’humaniser une société qui s’individualise de plus en plus ?
     
  • Ce genre de services entre voisins, citoyens, est-il possible, envisageable ? En existe-t-il ?
     
  • Le bénévolat dont l’étymologie vient du mot latin «benevolus» signifiant «bonne volonté» désigne une activité de services envers autrui, de son plein gré et sans rémunération.
    • Connaissez-vous autour de vous des bénévoles ? Si oui, dans quels domaines  donnent-ils leur temps ? Quelles sont leurs motivations ?
       
    • Que dit la loi par rapport à ce bénévolat ?
       
    • Accepteriez-vous de faire un travail bénévole lors de vos temps libre ?
       
    • Si pour du bénévolat, en plus du temps que vous consacrez à l’autre, vous devez investir aussi un peu d’argent (essence, matériel, …) en quoi cela vous poserait ou non problème ?

Un débat pouvant, pourquoi pas, se prolonger en invitant une(des) association(s) bénévole(s) à venir parler de leur travail, en visitant une association et découvrir sur place le travail des bénévoles et leurs «bénéficiaires», en se mettant dans la peau durant 1 heure ou 1 journée d’un bénévole, en analysant textes et chansons (en annexe avec le jeu) ou encore en instaurant un système d’aide au sein du groupe.